Archives du 22/10/2021

La photo voit l’heure ou se fait voyeuse ?

V0 1 19.10.21_DH

(Paris, canal Saint-Martin, 10e. Agrandir.)

Automne avec chaude journée de printemps, il manque presque les maillots de bain. Mais il faudra attendre les J.O. de 2024 pour pouvoir se baigner dans la Seine (comme avancé par la maire de Paris) et peut-être ailleurs.

Ici le canal Saint-Martin rassemble, quand le soleil darde ses caresses à tout-va, les habitués des rives et petits restaus et puis ceux ou celles qui découvrent comment le flux aquatique donne un air bohème ou bonhomme à cet espace liquide dans la ville.

J’aperçois au loin une femme au dos à-demi dénudé, je m’approche, je photographie, saisis, capture, fixe, encadre, « immortalise » son geste gracieux dans l’instant même où ses bras prennent la courbe, puis je continue ma balade.

Plus tard, en regardant l’image, je me dis : la photo voit l’heure ou se fait voyeuse ? Est-elle, dans ce moment immobilisé du temps, le simple « relevé » d’une situation urbaine ou un acte de « voyeurisme » – scène que chaque passant ou voisin sur le quai aurait pu observer – par rapport au sujet non sollicité par un accord mutuel, mais contraire alors à toute spontanéité dans son déroulé ?

Forcément, j’ai repensé à l’inoubliable film Peeping Tom (« Le Voyeur », Michael Powel, 1960) mais la différence était, heureusement, incontestable : là, une caméra et du sang, ici un simple téléphone-photo avec un objectif pacifique.

V02 19.10.21_DH

VO3 19.10.21_DH

(Images prises le 19 octobre. Agrandir.)

(Miles Davis, Autumn Leaves)

Tagué , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :