Archives du 23/11/2021

Trames d’un court voyage dans l’Est = 19 =

Portraits où le trait saisit sur le vif l’expression qui parle en gros plan, il suffirait de rajouter un monologue audio, et plans larges de ces femmes en pied ou allongées : la Maja Vestida renvoie comme par un clin d’œil dissimulé à la Maja Desnuda pour laquelle le peintre espagnol fut condamné par l’Inquisition puis acquitté.

Mais cet assemblage de poissons est dans le style avant-coureur de Gustave Courbet qui eut d’ailleurs, lui aussi, à subir les foudres de la morale pour l’un de ses tableaux (caché bien plus tard chez le psychanalyste Jacques Lacan par un dispositif coulissant).

L’éclectique Francisco de Goya disposait alors déjà de tant de cordes à son arc, à son chevalet, et à sa canne à pêche !

e124_dh

e125_dh

(Juan Antonio Meléndes-Valdés, 1797.)

e126_dh

(Mujer dormida, 1790-1793. Merci @CalliPetri.)

e127_dh

(Maria Cayetana de Silva, duchesse d’Albe, 1795.)

e128_dh

(La Maja Vestida, 1800-1803.)

e129_dh

e130_dh

e131_dh

(Photos : cliquer pour agrandir et, le cas échéant, lire.)

[ ☛ à suivre ]

Tagué ,
%d blogueurs aiment cette page :