Trames d’un court voyage dans l’Est = 19 =

Portraits où le trait saisit sur le vif l’expression qui parle en gros plan, il suffirait de rajouter un monologue audio, et plans larges de ces femmes en pied ou allongées : la Maja Vestida renvoie comme par un clin d’œil dissimulé à la Maja Desnuda pour laquelle le peintre espagnol fut condamné par l’Inquisition puis acquitté.

Mais cet assemblage de poissons est dans le style avant-coureur de Gustave Courbet qui eut d’ailleurs, lui aussi, à subir les foudres de la morale pour l’un de ses tableaux (caché bien plus tard chez le psychanalyste Jacques Lacan par un dispositif coulissant).

L’éclectique Francisco de Goya disposait alors déjà de tant de cordes à son arc, à son chevalet, et à sa canne à pêche !

e124_dh

e125_dh

(Juan Antonio Meléndes-Valdés, 1797.)

e126_dh

(Mujer dormida, 1790-1793. Merci @CalliPetri.)

e127_dh

(Maria Cayetana de Silva, duchesse d’Albe, 1795.)

e128_dh

(La Maja Vestida, 1800-1803.)

e129_dh

e130_dh

e131_dh

(Photos : cliquer pour agrandir et, le cas échéant, lire.)

[ ☛ à suivre ]

Tagué ,

14 réflexions sur “Trames d’un court voyage dans l’Est = 19 =

  1. Toujours cette lumière qui accroche notre regard.
    A chaque époque ses polémiques, la nudité féminine est une source intarissable d’interdictions et de détournements…
    Les voiles arachnéens qu’il a été obligé de rajouter à sa Maja dévoilent beaucoup plus que la nudité elle-même ne le fait.

  2. Francesca dit :

    Oui, voiler parle souvent mieux que montrer !

  3. brigetoun dit :

    oui un Courbet (en moins charbonneux, il. avait plus de moyens pour les pigments) et toutes ces merveilles connues ou non (comme le non identifié ou la procession) Merci

    • @ brigetoun : je pensais que l’étiquette sur le tableau (photo 3) suffirait mais elle est illisible et impossible de le retrouver sur Internet…
      Mais grâce à Christine Calliope&Petrichor, son identification est maintenant réalisée ! 🙂

  4. Ce vieux Lacan était grand amateur de dispositifs à coulisse, et pas seulement en coulisses, en effet ! 🙂

  5. Godart dit :

    J’aime le regard de Maria Cayetana de Silva. Effet de perspective, le chien est-il si petit ou est-ce la duchesse d’Albe qui est si grande ? Mais le tour de taille est si « guapa ».

  6. Robert Spire dit :

    Avec ses tableaux de la Maja, Goya invente l’impressionnisme… Celui qui eût l’idée du timbre « La Maja nue » en 1930 était un sacré pervers ? 😉

    • @ Robert Spire : Manet s’en inspira pour son fameux « Déjeuner sur l’herbe »…
      Quant au graveur philatéliste, il passa sûrement pour le ministre des Postes espagnoles pour quelqu’un de légèrement « timbré »… 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :