Trames d’un court voyage dans l’Est = 20 =

Il fallait ensuite se replonger dans ces représentations en noir et blanc des massacres et des tortures que Goya saisit de son crayon comme un reporter photographe avec son Leica. La couleur alors – sauf exceptions – n’est plus de mise : l’affrontement binaire entre le bien et le mal ne saurait prendre de jolies nuances. Les gravures qui composent Les Désastres de la guerre sont autant de clichés (non pas au sens de « déjà vus ») qui rapportent « du front » la folie furieuse ou la barbarie en action.

Goya est un témoin de son temps, il capte, montre et laisse le spectateur face à des événements tragiques. Il semble ne pas intervenir directement, sauf par le choix du sujet, et la condamnation de la situation, même si son absolution est possible, tient dans ce qui accable l’humanité (ou l’inhumanité), ces peuples qui sont soumis à la « stratégie » et aux ordres d’hommes politiques sans scrupules et quoi qu’il en coûte, servis par des ganaches galonnées à leur botte.

e132_dh

e133_dh

e134_dh

e135_dh

(Goya soigné par le docteur Arrieta, 1780.) 

e136_dh

e137_dh

e138_dh

e139_dh

(Mariano Goya, petit-fils de Goya, 1827.)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , ,

10 réflexions sur “Trames d’un court voyage dans l’Est = 20 =

  1. PdB dit :

    (j’entends dans la fin de l’écrit du billet une espèce d’écho à quelque chose de contemporain) (bizarrement) (serions-nous, en même temps, en guerre ??? ou simplement en marche vers icelle ?)

    • @ PdB : Il n’y a évidemment rien de comparable avec notre beau pays actuel (certes quelques « colonies » anciennes s’agitent un peu, mais ce n’est évidemment que le fait de quelques individus marginaux) et l’Espagne de Goya, un des pères de la caricature politique… 🙂

  2. Goya, correspondant de guerre. Son témoignage sur ce temps de souffrance pour l’Espagne est précieux, mais les visages noirs et torturés sont de tous temps, malheureusement.

  3. brigetoun dit :

    la fraicheur de ce visage à la fin…

  4. Francesca dit :

    Oui, fraîcheur de ce visage dont le regard profond laisse deviner peut-être aussi la grandeur du grand-père.

  5. Merci pour le partage de ces merveilles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :