Est-ce que l’inexorable ment ?

montre2 19.1.22_DH

(Paris, 19 janvier. Agrandir le gif.)

Comme un serpent qui se mord la queue, la trotteuse court après le temps à moins que ce ne soit l’inverse, le tic-tac comme un minuscule cœur bat selon le bon vouloir de la pile, les heures sur le cadran imitent des stations de métro aérien parcourues à la vitesse très relative d’un éclair au ralenti, le paysage parcouru en rond est apparemment toujours le même et pourtant les chiffres ressemblent à des lettres que l’on pourrait assembler, une sorte de code, dans la crypte miniature portée au poignet, montre un message dissimulé derrière l’ordonnancement mathématique et rigoureux, visible seulement par quelqu’un à qui l’on aurait donné rendez-vous, non ce n’est pas une Apple Watch, elle n’en possède pas toutes les fonctions utiles (tensiomètre, alarme pompiers, GPS, calendrier, alimentation surveillée, prise de sang, stéthoscope, magnétoscope, trombinoscope, caméscope, caméléon, mini-réservoir à cannabis…), je la définirais comme un simple sablier (nature) qu’il n’est pas nécessaire de retourner, elle emmène vers le bout de la succession – circularité de la vipère, je pense à Irma Vep, le film adorable d’Olivier Assayas – du fuseau ou des fusées horaires, et juste à l’instant fatal en fin de compte quand se déploie alors, silencieusement, le rideau cramoisi : est-ce que l’inexorable ment ?

(Philip Glass, The Hours)

Tagué , , , , ,

22 réflexions sur “Est-ce que l’inexorable ment ?

  1. brigitte celerier dit :

    Non ce n’est pas une Apple bidule c’est beaucoup mieux que ça, un sablier et puis l’objet de votre description avec son minuscule coeur, des stations de métro etc… objet utile devenu charmant

  2. lyssamara dit :

    J’adore les montres. Elles sertissent nos vies de leur douceur cadrée. Il faut évidemment que leur lien soit de cuir et leur « pulse » automatique.
    Et sinon, certains jours, Glass for ever ! 🙂

  3. PdB dit :

    ah ! quel terrible sept heures moins le quart…

  4. Francesca dit :

    Je hais les montres, pendules etc. qui nous rappellent ce qu’on n’oublie pas…

  5. Geneviève Abet dit :

    Très réussi. La montre, le sablier, les heures qui passent, la vie qui s’écoule et le rideau tombe. Superbe conclusion.

  6. Godart dit :

    Quand l’inexorable rejoint l’inoxydable, le bracelet mérite le plus beau des cuirs.

    • @ Godart : j’ai vu hier une pub télé pour une voiture avec des sièges en « cuir non animal »… J’avoue que je n’ai pas une montre vegan, honte à moi !!! 🙂

      • Godart dit :

        Concernant l’instant fatal, me revient la réplique de Groucho des Marx Brothers dans le film « Un jour aux courses ». Groucho y tient le rôle d’un vétérinaire qui se fait passer pour un médecin. Prenant le pouls d’Harpo, il regarde sa montre et dit : « Ou bien ce malade est mort, ou bien ma montre est arrêtée ».

      • @ Godart : Oui, il avait dû oublier de la remonter (sa montre) ! 🙂

  7. Robert Spire dit :

    7h44… Le temps s’étend inexorablement dans les deux sens… 😉

  8. gballand dit :

    The hours… une musique qui trace un long et beau chemin.
    C’est incroyable cette somme de choses utiles qui n’ont aucune utilité, sinon faire passer le temps plus vite 😉
    Encore pas de réponse à la question « finale » !

  9. J’ai pas de chance, chez moi les montres s’arrêtent toujours de fonctionner, une dimension du temps m’échappe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :