Archives du 08/02/2022

La tête en Baselitz, une expo renversante [2]

L’autoportrait est sans doute un exercice obligé sur la toile : ici, dans ses tout premiers tableaux, Georg Baselitz se prend la tête, il invente une forme non ressemblante apparemment, un intérieur décoré de ses songes ou traumatismes, à l’image de l’Allemagne nazie puis découpée en deux, hémisphère gauche, hémisphère droit, guerre froide, escarmouches et destructions mentales.

La peinture dite « expressionniste », ou post quelque chose, s’empare du sujet, le malaxe, le triture, l’expose (même aux sarcasmes), le reproduit tel quel, un cliché interne sorti peut-être par la bouche ou les yeux d’un peintre en sursis du passé.

Un coup de fouet (décalé sur le plan horizontal) jamais n’abolira le hasard.

base11_dh

base12_dh

(G.-Kopf, La Tête, 1960-1961)

base12bis_dh

base13_dh

base15_dh

(La photo ci-dessus en cache une autre : cliquer.)

base14_dh

(Die Füsse, Les pieds, 1983)

base16_dh

(Die grossen Freunde, Les grands amis, 1965)

base17_dh

base18_dh

(Die Peitschenfrau, La femme au fouet, 1964-1965)

base20_dh

(photos : agrandir.)

[ ☛ à suivre ]

Tagué
%d blogueurs aiment cette page :