Archives du 13/03/2022

La voie qui nous pompe idem

Voie Pompidou, 10.3.22_DH

(Paris, 10 mars. Cliquer sur le gif pour l’agrandir.)

Exemple emblématique d’une certaine politique de la ville, la voie Georges-Pompidou, « rénovée » pour laisser la place aux cyclistes, trottinetteurs, skateboardistes, rollers&rockers et autres bipèdes dégingandés, est assurément devenue un embouteillage permanent pour les automobilistes réduits à circuler sur une seule file… comme le grand serpent des blindés russes immobilisé sur 64 km avant de parvenir aux environs de Kiev (Ukraine).

Le plus amusant est que l’espace accordé aux « mobilités douces » par ce ruban qui longe la Seine n’est que très peu emprunté par ceux auxquels il est censé s’adresser. L’autre jour, en rentrant dans Paris, j’ai dû compter en tout une demi-douzaine de vélos, un patineur à roulettes et deux trottinettes.

En même temps, des centaines de voitures se traînaient, collées les unes derrière les autres, sur la voie unique – cette vitesse d’escargot nous permettait de reluquer (sans envie) un des ponts d’une si moche couleur kaki, hélas d’actualité, enjambant le fleuve avec la tour Eiffel en arrière-plan comme gardienne intransigeante, et peut-être désabusée, de la pérennité de la capitale.

Vivement les taxis volants !

(Miles Davis, So What)

Tagué , , ,
%d blogueurs aiment cette page :