Immeubles immobiles dans un Paris paisible

Imm1 15.3.22_DH

(Paris, Belleville, 15 mars.)

Je regardais ces immeubles immobiles et je pensais à ceux de certaines villes d’Ukraine, comme Kiev le matin du 15 mars, éventrés, charcutés, désossés, ensanglantés, incendiés par l’armée du dictateur russe, mais ici nous étions dans un Paris paisible, les quatorze ou quinze étages présentaient une architecture ordonnée et non un empilage de balcons démantibulés, de fenêtres éclatées, de parquets découpés, d’escaliers escamotés, de lumières éteintes avec des flammes à leur place.

Comment le Chef de l’État – même en « tenue de « combat » avec son sweat à capuche et écusson de commando parachutiste – pouvait-il regarder, apparemment impassible, ces massacres quotidiens, ces bombardements répétés et augmentés, ces « frappes » sur des hôpitaux, des écoles, avec leur lourd bilan hémorragique de morts et de blessés ?

Certes, il proposait soudain une « protection » à la journaliste de télévision Marina Ovsyannikova qui avait osé brandir en direct pendant le journal télévisé du soir, le 14 février à Moscou, une pancarte contre la guerre et son fomenteur (ou vrai menteur) et la propagande en boucle que la chaîne nationale russe diffusait depuis le début de la prétendue « opération militaire spéciale ». Encore fallait-il espérer que cette héroïne puisse franchir les barreaux d’une geôle de la police politique ! Libérée dans l’après-midi, écopant d’une amende, elle risque une condamnation pénale.

La mollesse visible de l’action de la France (les « coups de fil » régulièrement échangés entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine stoppaient-ils les coups de boutoir quotidiens des avions et des blindés du Brutus moscovite ?), sa diplomatie à la remorque – malgré un ministre des Affaires étrangères se revendiquant « de gauche » – et les images dévastatrices du conflit dressaient un tableau apocalyptique du « théâtre des opérations ».

Ici, le 24 avril prochain sonnerait l’heure de la victoire éclatante d’un « chef de guerre » (contre le Covid-19)… tandis que l’odeur des ruines fumantes de l’Ukraine nous parviendrait peut-être pour accompagner les hourrahs des troupes macronistes descendues, après vingt heures, dans la rue et ensuite sans doute dans un restaurant chic des Champs-Élysées.

Imm2 15.3.22_DH

(gifs : cliquer pour agrandir.)

Tagué , , , , , , ,

19 réflexions sur “Immeubles immobiles dans un Paris paisible

  1. et ils leur ressemblent (les immeubles) en version intacte… ce matin on apprend que Marioupol est prise … l’horreur continue.
    Quant aux nôtres, nos petits chefs à vrai dire ils ne peuvent pas grand chose que de faire comme si (Macron étant formé à cela)… Le Drian, lui, prenant rang de pitre sentencieux (croit-il vraiment être « de gauche ? même question pour l’ineffable Hollande qui se voit en sauveur de la gauche… pour Valls je pense que non, tout de même pas, de toute façon il est trop occupé à ne pas penser qu’il n’est plus rien).
    bonjour et merci pour ce billet

    • @ brigitte celerier : On a l’impression d’être les témoins bâillonnés et impuissants d’un massacre historique : nos « gouvernants » ne gouvernent plus rien (mais prétendent « en même temps » se faire élire à nouveau !). Ici, la politique étrangère » – à tous les sens du mot – ressemble à un carnaval tragique. 😦 🇺🇦

  2. Le monstre sanguinaire qui rêve de restaurer la grande Russie endosse les habits du nazi qui haranguait les foules dans d’autres stades en d’autres temps pas si lointains. Les drapeaux marqués Z ou d’une croix gammées étaient étrangement similaires. Et pourtant il est soit-disant parti pour « dénazifier » une nation souveraine et indépendante où les partis d’extrême droite font un score électoral 1O fois moins lourd qu’ici !

  3. PdB dit :

    sont-ce oiseaux de malheur qui passent et présument d’un scrutin non encore établi ? (il me semble qu’il y a de plus en plus de corbeaux en ville) (l’horreur présente fait-elle oublier ce qui, dans un silence complice, s’est passé en Syrie et les millions de réfugiés de cette guerre-là ?) (sale temps…)

    • @ Pdb : Macron a dit que « comme avant » (migrants syriens, afghans…) la France accueillerait tous les réfugiés ukrainiens sur son sol. Le déni de l’Histoire fait aussi des ravages dans l’Hexagone ! 🙂 🇺🇦 🎖 🇺🇦

  4. Matatoune dit :

    Notre position est parfaitement insupportable : impuissance et pourtant témoins d’un massacre qui se perpétue sous nos yeux. Pourtant, il s’agit de garder son sang froid et ne pas précipiter le monde dans la troisième guerre mondiale. Le chemin de crête est étroit et pourtant il faut le tenir. Comédien caméléon, notre président sortant promet de continuer son démantèlement de cette France sociale qui faisait la fierté de la droite à la gauche. Et, pourtant, il sera réélu ! Nos bulletins d’une blancheur immaculée seront l’expression de notre résistance et notre attachement à la démocratie, un bien très fragile mais qu’il faut conserver coûte que coûte pour prouver au monde que cette voie n’est pas une illusion, même face à un président qui a supprimé tous les pouvoirs des corps intermédiaires et croit que démocratie veut dire discuter uniquement avec le « peuple » …

    • @ Matatoune : Oui, « le chemin est étroit » et même miné : la tenue de combat portée par notre Président manque d’un gilet pare-balles et d’un casque. Mais son agitation par rapport à l’Ukraine (une vraie guerre chasse l’épidémique) n’a rien produit, pour le moment, de notable.
      Quant à son programme électoral – il n’a pas osé y intégrer la paix qu’il instaurerait lui-même tout seul ! – on sait bien que c’est la reconduction… « en pire » d’un quinquennat tirant à sa fin.
      La casse sociale, la démolition de l’Éducation nationale, la retraite à 65 ans et autres mesures innombrables de régression s’additionnent et concurrencent celles des candidats de droite, extrême ou pas.
      Les bulletins de papier s’envoleront le 24 avril au vent mauvais d’une Histoire de France précipitée dans un fâcheux, très fâcheux, retour en arrière ! 🇺🇦 🏌

  5. Robert Spire dit :

    Il y a quelques années j’ai lu un livre qui explicitait comment les politiciens néolibéraux profitaient (ou provoquaient) des crises et désastres pour imposer (malgré le rejet d’une majorité de gens) autoritairement la « loi du marché » au détriment des droits sociaux acquis et des valeurs démocratiques : « La stratégie du choc » de Naomi Klein.
    Le long discours électoral de Macron s’inscrit dans ce type de stratégie, limiter la démocratie et le bien-être commun pour sauver le libéralisme: un amalgame hétérogène de mesures de droite et d’autres faussement de gauche.😰

    • @ Robert Spire : tout à fait. « No Logo », dirait aussi Naomi Klein, si elle voyait les pauvres affiches (« Avec vous »), sur le plan de l’invention, et le slogan « tous ensemble » repris sans fausse honte et déroulé jeudi dernier par le président « en charge »… 🙂 🇺🇦

  6. Godart dit :

    Pauvreté de la campagne électorale, pauvreté de la pensée politique d’ Emmanuel Macron, pour ma part je voterai Mélenchon uniquement avec le faible espoir d’échapper au débat, au duel annoncé Macron-Le Pen. Sentiment ici de mettre les pieds dans le plat, mais l’utilité du vote peut éventuellement avoir du bon.

    • @ Godart : Chacun voit « l’utilité » comme il l’entend.
      Mélenchon et sa position anti-OTAN (surtout en ce moment, donc anti-USA) et « non-aligné » (donc la Russie et l’Ukraine sont équivalentes) me laisse quelque peu sceptique (litote).
      Et voter pour obtenir un débat – dont on connaît par cœur, dans cette configuration, les termes – est-ce bien le but du jeu électoral ? 😉

      • Godart dit :

        Je comprends, mais le débat Macron-Le Pen bis repetita est d’une tristesse infinie, pour ne pas dire accablant.

  7. @ Godart : si c’est uniquement un problème de débat télé, changez de chaîne ou coupez votre poste ce soir-là ! 😉

  8. gballand dit :

    La protection à la journaliste de télévision Marina Ovsyannikova euh, c’est de l’humour sans doute, parce que cet homme est acteur et président et qu’il confond les deux ? D’ailleurs il a dit devant le congrès des Etats Unis : « Etre le leader du monde, c’est être le leader de la paix « … Bon, il n’a pas de mémoire le pauvre, il a oublié ce que les Etats Unis ont fait en Amérique latine, en Irak etc. Et la situation du pauvre Assange que les Etats Unis veulent en prison pendant 175 ans, sans parler du pauvre Edward Snowden qui est citoyen américain à Moscou. Il doit bien parler russe maintenant ! Certes, ils ne sont pas Ukrainiens.
    Allez, bientôt tous sous les bombardements, il y en aura pour tout le monde dans tous les pays du monde, même aux Etats Unis et en Chine, après tout, c’est ça l’égalité entre les pays, pour une fois ;).
    Désolée pour le cynisme, mais ces problèmes peuvent monter au cerveau !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :