Impressions retour couchant

« Il y avait une locomotive si bonne qu’elle s’arrêtait pour laisser passer les promeneurs. »

(Max Jacob, Le Cornet à dés, « Fable sans moralité », Poésie/Gallimard, 2003, page 140.)

R1_DH

R2_DH

R3_DH

R4_DH

R5_DH

R6_DH

R7_DH

R8_10.8.22_DH

(Bretagne-Paris, ci-dessus rue de Rennes, 10 août. Agrandir les images.)

(Erik Truffaz & Sophie Hunger, Let Me Go)

Tagué , , , , ,

12 réflexions sur “Impressions retour couchant

  1. j’aime tout mais surtout
    la phrase de Jacob
    la petite gare et l’éclairage sur elle
    le superbe boubou

  2. Votre chanson culte complète parfaitement cette impression !

  3. lyssamara dit :

    Le petit chaperon rouge a bien grandi mais reste toujours aussi jolie !
    🙂

  4. Godart dit :

    Philippe Katerine voyagerait incognito en 🚂 ?

  5. PdB dit :

    13 euros trente et seulement rue de Rennes ? mais la course est onéreuse le soir tard (j’adore le travelling avant dans les verts magnifique)

  6. gballand dit :

    Une citation qui donne envie de voyager en train et d’abandonner la voiture. Votre café de l’abattoir me fait penser à une boucherie vue il y a peu à Yvetot et qui s’appelle : « Boucherie la m’hachoir » ! Bonne fin de voyage dans le train de votre mémoire. 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :