Archives du 18/11/2022

Film « Les Années de plomb » : le poids d’un chef-d’œuvre

Affiche LAP Rakuten

(photo Rakuten.)

Projeté au Champo, rue Champollion* à Paris, Les Années de plomb de Margarethe von Trotta (1981) est un chef-d’œuvre vibrant sur l’impact du terrorisme (sans qu’il n’apparaisse jamais) qu’a subi l’Allemagne, sur l’imbrication de l’enfance et de l’âge de raison – au sens sartrien du terme – pris dans l’étau de la politique, sur l’engagement « révolutionnaire » ou féministe, sur les valeurs universelles, sur la prison, sur le souvenir et la rédemption peut-être impossible.

Interprétation magnifique des acteurs (Jutta Lampe, Barbara Sukowa, Rüdiger Vogler, notamment), scénario millimétré avec un système de flash-back sans heurts, photo sans bavure, dialogues allant au cœur des choses, musique ensorcelante et discrète  : tout concourt au bouleversement que procure ou produit ce film, et à l’idée qu’il redonne d’un cinéma comme art unique, profond, indispensable et non, comme souvent, simple amusette démagogique.

Ticket 11.11.22_DH

__________

*Cette rue est rebaptisée « rue Louis Malle » durant la rétrospective consacrée à ce cinéaste par les trois cinémas parisiens voisins, soit quarante au total dans l’Hexagone.

rue Louis Malle12.11.22_DH

(Paris, rue Louis Malle, 5e, 12 novembre. Agrandir les photos.)

D.H.

Tagué , , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :