Archives de Catégorie: actualité

Avenir de la République

Une fois arrivé avenue de la République, lundi dernier, je m’amusais à imaginer que l’on avait changé à Paris la dénomination de celle-ci, de plus en plus rétrécie pour la circulation motorisée par les murets en béton et les plots jaunes et gris des « coronapistes » (!), dont on attendait le débarras hidalguesque, et qui ressemblait à une sorte de parabole labyrinthique de la situation de la capitale et du pays.

Tandis qu’un freluquet raciste et révisionniste – ce « petit collabo de salon » – monopolisait l’attention de la sphère médiatique et politique, les camions d’essence ou de gazole se dirigeaient vers les stations-service en attendant que le gouvernement, empêtré dans son inaction crasse, se décide enfin à faire un geste en faveur des utilisateurs maudits du carburant pour leurs véhicules fonctionnant à l’énergie du passé ou dépassée.

Dans l’expectative, Bruno Le Maire se tâtait… et le spectre des « Gilets jaunes » faisait planer sur son indécision la menace d’une révolte qui ne s’arrêterait pas aux ronds-points.

Du côté de l’Élysée, le survitaminé président de la République ne tenait déjà plus en place : un jour ici pour déposer une gerbe de fleurs sur le pont de Bezons en hommage aux victimes des « crimes inacceptables » (certains le sont ?) perpétrés par la police du préfet Papon le 17 octobre 1961, un autre jour à Poitiers pour lancer les « Etats généraux de la justice« , un troisième pour célébrer aux Invalides le 30ème anniversaire de l’opération Daguet et autres cérémonies « mémorielles » à répétition.

Ainsi, Émmanuel Macron pouvait occuper quotidiennement et tranquillement les écrans de TV et les titres des journaux : Éric (un prénom bien français) Zemmour (bizarre, comme nom !) avait quand même un peu de mal à suivre. Mais les deux candidats non déclarés à l’élection présidentielle se « tiraient la bourre » à toute berzingue, sondages en bandoulière et petites flèches décochées en marche ou au débotté.

Un boulevard s’ouvrait, en fait, devant leurs ambitions « républicaines » non dissimulées – à condition toutefois de ne pas dépasser les 30 km/h.

Av1 18.10.21_DH

(Paris, avenue Parmentier, 10e, 18 octobre.)

Av2_DH

(avenue de la République, 11e.)

av3_dh

(idem.)

Av4_DH

(idem.)

av5_dh

(idem.)

av6_dh

(idem.)

av7_dh

(rue du Faubourg-du-Temple, 10e.)

av8_dh

(rue Alibert, 10e.)

(Cliquer pour agrandir les images.)

(Art Blakey & The Jazz Messengers, Blues March)

Tagué , , , , ,