Archives de Catégorie: cinéma

« BAC » : la réforme s’impose (à propos du film « Les Misérables »)

(cinéma Le Louxor, Paris, 10e.)

Faut-il parler de « film coup-de-poing » ou de film « flash-ball » ? Les Misérables, de Ladj Ly, frappe fort dans le confort douillet du cinéma français, et ne fait aucune concession à l’ordonnancement habituel des situations cossues, des histoires de « trio », des dialogues ripolinés et des cascades de jacuzzi à Deauville ou dans le Lubéron.

L’allusion à Victor Hugo se mêle comme intrinsèquement à l’histoire d’un jour de ces trois policiers de la « BAC » (Brigade anti-criminalité) – ici mise en examen cinématographique – confrontés à Montfermeil (Seine-Saint-Denis), ville bien connue du cinéaste où il a créé l’association de pédagogie filmique « Kourtrajmé » en 2018, à sa misère sociale, aux « bandes de jeunes » et aux trafics (drogue, prostitution …) qui gangrènent la cité.

Dans leur voiture banalisée, les flics en gilets pare-balles et armés (excellents Alexis Manenti et Djebril Zonga) patrouillent avec un nouveau venu (Damien Bonnard, tout dans l’intériorisation) encore sous l’emprise de ses illusions « réglementaires » : et la bavure inévitable se produit.

Les plans pris depuis un drone donnent la distance nécessaire au film, comme surveillé en permanence par ce qui nous pend au-dessus de la tête (comme l’œil qui dans la tombe…), un point de vue qui englobe à la fois les courses-poursuites et l’alignement des pauvres maisons où un maire et un imam se disputent l’autorité civile et religieuse de l’agglomération.

La violence qui, crescendo, s’allume, éclate et percute de manière assourdissante, dans un affrontement qui paraît sans fin, ressemble à une mèche impossible à éteindre (on ne voit aucun pompier à l’horizon ni les renforts policiers appelés).

Le constat, brut, est implacable. Les policiers de la « BAC » sont-ils seuls à pouvoir « mettre de l’ordre » dans un univers voué à la débrouille, à l’anarchie, à la brutalité, à l’irrespect, quand eux-mêmes en sont réduits à utiliser les mêmes moyens, les mêmes méthodes, le même langage ?

Le « plan Boorlo » (novembre 2017) sur les banlieues n’a-t-il pas été mis à la poubelle par le Chef de l’État lui-même ?

Nul doute que Monsieur le Président de la République, qui s’est fait récemment projeter le film à l’Élysée et s’est déclaré « bouleversé » par sa vision, et son ministre de l’Intérieur qui n’a jamais constaté pour sa part de « violences policières » depuis qu’il est « en responsabilité », aient estimé, tout compte fait, que cette fiction à la Victor Hugo impliquait que l’on se penche plus avant sur « les quartiers » et, ce qui roule avec, une réforme de la « BAC » et de la réponse purement policière à un problème social, lui aussi, de première urgence.

(Photos prises le 22 novembre. Cliquer pour agrandir.)

_________________

Cet article est le 2 000ème publié dans Métronomiques, blog lancé le 13 novembre 2013.

Merci à vous pour vos lectures fidèles ou passagères ! D.H.

Tagué , , , , , , , , , ,