Archives de Catégorie: fiction

Ruses imaginaires °8°

(Paris, gif du 17 septembre. Agrandir.)

J’aurais voulu faire un éloge furtif de la rambarde (voire de la balustrade) : elle est un guide sur la passerelle, une limite avant que le regard ne s’élance plus loin, mais aussi un sauf-conduit (ou une sauve-conduite) qui nous empêche de trébucher vers le bas, vers l’espace liquide et vert du canal Saint-Martin, hébergeant quelques algues mystérieuses, même si on pourrait enjamber facilement le « garde-corps », plus aisément qu’à la tour Eiffel avec ses dispositifs anti-suicide, histoire de tester si une nouvelle fois Omar, le serveur très sympa du café-restaurant Chez Prune, toujours présent comme garde-fou, se jette à l’eau pour y repêcher un désespéré venant de faire le grand plongeon.

Le canal immobile est comme endormi depuis plusieurs mois, la pandémie ennemie commande : ni bateaux de promenade, ni péniches, ni petits voiliers à moteur de touristes étrangers (les Hollandais aiment voler sur les flots).

Les deux ponts tournants sont désormais interdits à la circulation automobile, et la « piétonnisation » du secteur est en marche. Ici, sur la passerelle pas encore barricadée, on peut traverser d’une rive à l’autre à pied, c’est le cas aussi pour celle qui débouche presque en face de l’Hôtel du Nord, à côté de la rue de la Grange-aux-Belles.

Sinon, un jour, on sera peut-être obligés de nager du quai de Jemmapes à celui de Valmy – sauf si le kayak est soudain autorisé par la mairie – mais on trouve encore, par-ci, par-là, des échelles de fer (destinées notamment aux exercices invisibles des pompiers) pour s’échapper du piège aquatique : tout est prévu, alors tout vague bien.

(Simon & Garfunkel, Bridge Over Troubled Water)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , , , , , ,