Archives de Catégorie: politique

Emmanuel Macron : « selfie-made man » à Arles, le 19 juillet dernier

Nous n’avions pas prévu de rendez-vous avec Emmanuel Macron quand nous sommes arrivés à Arles (Bouches-du-Rhône), le 19 juillet dernier.

À la recherche d’un restaurant, nous nous dirigeons le soir vers la place de la République (eh oui, on en trouve un peu partout !) quand un convoi d’une dizaine de voitures noires, dont deux « vans », précédé et suivi de motards toutes sirènes hurlantes, prend la petite rue, habituellement obturée par un plot central anti-automobiles, qui monte vers le carré avec son obélisque où se trouve la mairie et les deux bâtiments qui servent de lieux d’exposition pendant les célèbres Rencontres photographiques.

Une foule de deux ou trois cent personnes s’agglutine près de la porte de la mairie, où se sont garés en épis les véhicules officiels. On nous dit qu’il s’agit du président de la République himself (si j’ose dire), et chacun de guetter sa sortie pour le prendre en photo ou se faire, si possible, « immortaliser » en sa compagnie.

Au bout d’un moment, il ressort du bâtiment municipal et se dirige à pied vers le cloître Saint-Trophime pour aller visiter l’exposition de Niels Ackermann et Sébastien Gobert, « Lookin for Lenin »…

Environ trente minutes après, alors que la nuit est en train de tomber, une sorte de « chauffeur de salle » bondit sur le perron et, faisant de larges moulinets avec ses mains, indique à la foule que la vedette de la soirée va incessamment réapparaître. Les gens crient « Ah ! Ah ! », applaudissent et trépignent. Emmanuel Macron salue alors le peuple et descend les marches en se dirigeant vers ses admirateurs en transes.

C’est alors que les supporters, contenus derrière des barrières, jouent des coudes et des gros bras pour s’approcher le plus près de lui jusqu’à le toucher – au mépris de toute règle de sécurité, personne n’ayant jamais été fouillé avant de pénétrer sur la place – et obtenir le privilège d’une photo-souvenir sur laquelle il figurera tel un ami de la famille.

Emmanuel Macron ressemble ainsi à un véritable selfie-made man : il se prête avec un plaisir non dissimulé à des clichés ininterrompus, le sourire est automatique, tout le monde exulte et manifeste son contentement. Je me trouve parfois à cinquante centimètres de lui mais j’ai du mal à photographier le héros de la soirée tellement je suis bousculé par la foule déchaînée.

L’exercice photo-narcissique aura duré quasiment plus longtemps dehors que le moment pris à l’intérieur par l’illustre visiteur, accompagné de Françoise Nyssen (qui connaît les lieux), pour admirer les images exposées.

Un peu plus loin sur la place, un camion du Samu, qui suivait le cortège, stationne comme pour parer à toute éventualité. On s’en va alors, rassurés.

(photos : cliquer pour agrandir.)

Tagué , , , ,