Archives de Catégorie: vers justifiés (à la Lucien Suel)

Simplicité de l’obsidienne

simplicité de l’obsidienne

sous l’éclat d’une image à

obsession délurée dans les

vents ravageurs jusqu’à un

matin souverain de gris et

de blanc la permission oui

bien sûr et la carte toute

colorée avec courbes IGN à

suivre parmi les forêts de

bouleaux russes et l’envol

des oiseaux rescapés d’une

construction sarcophage de

Tchernobyl exotisme de ces

voyages mentaux pelisse et

chapka traîneaux sur neige

et puis le sabre à feu sur

les yeux bleus d’un Michel

Strogoff impavide l’air se

réchauffe soudain alors les

marmottes ou écureuils aux

gestes effarouchés courent

et gambadent sans faux-pas

les chasseurs sont loin et

le lac est gelé l’hiver n’

en finit pas l’azur modère

son fer à repasser ici les

nuages pressés Dieu existe

seulement izba Poutine dit

qu’il en a cure et il faut

que Trump lance ses tweets

comme des galets dépourvus

de tous ricochets sauf sur

sa houppe les USA n’auront

jamais mérité ça poètes de

l’ère Beat generation vous

riez en vous retournant là

dans vos tombes graves les

Harley-Davidson ont changé

de conducteurs Peter Fonda

roule avec élégance sur le

bitume des rêves filmés d’

un œil perçant identique à

celui de l’aigle comme une

symbolique de l’emblème US

lifes-good-26-1-17_dh(Paris, porte de la Chapelle, 26.1.17. Cliquer pour agrandir.)

Tagué ,