Archives de Tag: André Breton

La tour Saint-Jacques ne prenait pas garde

(Paris, la tour Saint-Jacques, 1er avril. Cliquer pour agrandir.)

« On pense bien que ce récit avait été de nature à réveiller l’exaltation que m’a procurée de longue date la tour Saint-Jacques et dont témoignent plusieurs de mes écrits ou propos antérieurs. Il est certain que mon esprit a souvent rôdé autour de cette tour, pour moi très puissamment chargée de sens occulte, soit qu’elle participe doublement de la vie sous roche (une fois parce qu’elle a disparu, laissant après elle ce trophée géant, une autre fois parce qu’elle a exercé comme nulle autre la sagacité des hermétistes) de l’église Saint-Jacques de la Boucherie, soit qu’elle bénéficie de la légende des retours de Flamel à Paris après sa mort. (Il n’en faudrait guère davantage pour que « l’Homme tout noir », observé jadis sur un des charniers du Cimetière des Innocents, et dans lequel les alchimistes ont reconnu le Corbeau dont il faut couper la tête, prête à l’interlocuteur de Jacques Halpern un caractère encore plus hallucinant.) Toujours est-il qu’à maintes reprises j’avais tenté vainement d’y pénétrer, à l’affût de quelque trouvaille invraisemblable.

Ce dimanche 27 avril, force fut, très vite, d’en rabattre. Il faisait d’ailleurs très beau et trop clair : l’insolite se fut, en tous cas, dérobé. L’air n’était même pas pesant autour de la statue de Pascal (dont on sait pourtant que les expériences en ce lieu confirmèrent celles de Toriccelli). Un bureau de météorologie végétait misérablement au-dessus de sa tête.

Le sommet de l’édifice, dont les restaurations n’ont épargné, je crois, que la gargouille nord, livrait du moins le superbe aperçu d’un Paris en quelque sorte théorique et hors du temps. Là, à vol d’oiseau, en plongée dans l’émouvante perle des toits, rien ne me retint comme la vie si dissemblable des artères qui courent du Temple au Marais, avec leurs badauds de tous les dimanches passés et à venir, très supportables à cette distance et, non moins immémorial, le petit jeu schématique et précis de la prostitution dans les angles clairs du dessin.

J’entendais, de l’oreille d’Apollinaire, sonner les cloches de Saint-Merry. »

André Breton, Arcane 17 (© Éditions Jean-Jacques Pauvert, UGE 10 x 18 N° 250, 1965, pages 152-154). 

Tagué , , , ,