Archives de Tag: place Jacques-Bonsergent

============ Petit Barnum deviendra grand ============

(Paris, place Jacques-Bonsergent, 10e, 29 décembre. Agrandir.)

Après la colère jupitérienne du 3 janvier sur le retard dans le plan de vaccination – car le président Macron n’est en aucun cas responsable de cette politique erratique – les tentes sur les trottoirs destinées au dépistage du virus devraient bientôt, voire illico, être remplacées par des « barnums » gigantesques (des « vaccinodromes » comme en Allemagne ?) que les Zavatta, Pinder, Gruss ou Amar n’auraient jamais imaginé être aussi spacieux et… « accueillants ».

L’appel, en décembre 2020, au cabinet de « consulting » McKinsey (parmi d’autres) a montré comment le pouvoir cherchait à s’adjoindre in extremis des spécialistes incontournables en stratégie et en logistique… face à une pandémie par ailleurs fort utile pour la circulation du business.

Le cirque du vaccin peut prendre enfin son essor. Un « collectif citoyen » (35 personnes) a été tiré au sort lundi dernier – un ministre du Loto remplacera désormais le quasi-invisible « Monsieur Vaccin » – et pourra poser toutes les questions qu’il voudra au Conseil scientifique qui est censé déterminer la marche de la « guerre » contre le Covid-19.

Jean Castex a  d’ailleurs dû « monter au front » hier en fin d’après-midi pour annoncer les nouvelles mesures concernant le couvre-feu à 18 heures (une nouvelle dizaine de départements serait concernée), le plan vaccin avec ses étapes, ses âges et ses saisons, les problèmes d’approvisionnement, etc.

La date de l’armistice n’a hélas pas encore été fixée pour la « guerre » engagée, mais le lieu de la rencontre avec l’ennemi est déjà choisi : la clairière de Rethondes, ce qui permettra de rendre, en passant, un hommage « mémoriel » au Maréchal Pétain : la fin des hostilités déclenchées par l’envahisseur allemand fut signée le 22 juin 1940 (le « vainqueur de Verdun » était à cette date Président du Conseil mais non présent dans le wagon historique).

L’ineffable Bruno Roger-Petit a été chargé par Emmanuel Macron, une fois le virus enfin terrassé par l’engagement sans failles de l’équipe au pouvoir, de préparer ainsi une cérémonie de la victoire qui puisse être véritablement « à la hauteur des Français ».

(André Dassary, « Maréchal, nous voilà !« )

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,