Archives de Tag: rue Beaurepaire

Plaisir du calme apparent

Canal 20.8.21_DH

(Paris, canal Saint-Martin, 10e, 20 août.)

L’imperceptible se laisse approcher les ridules du canal ne se font pas trop remarquer on ne sait jamais tandis que des voitures passent là où c’est encore autorisé Valmy et son moulin tournent en rond au vent mauvais d’une colline désaffectée il ne faut pas dépasser les 30 km/h mais a-t-on un jour franchi le mur du son les rares promeneurs ne se prennent pas la tête ni les jambes au cou les pavés du quai refusent tout jogging irresponsable le goudron c’est bon et ça chauffe les baskets en se penchant un peu plus on tremperait ses pieds dans l’eau verte quand la canicule aboie au loin le ciel est un miroir désabusé où des marshmallows de peinture blanche prennent des formes inattendues là-haut sur la toile bleue le désordre règne mais dans un sens toujours unique un chef d’orchestre invisible conduit la symphonie des adieux ou des cieux les arbres ressemblent à de hauts pantins quelque peu mobiles leurs feuilles atterrissent déjà paresseusement et les mouettes ont dû filer vers d’autres horizons un moineau s’est égaré un pigeon traverse le « passage protégé » dont les couleurs LGBT pâlissent à vue d’œil devant chez Prune dont la terrasse encercle la boîte aux lettres bien solitaire qui jette encore des lettres dedans comme une bouteille à la mer l’heure des levées est quasiment illisible elle sert de mini-comptoir aux verres de Chablis les touristes se sont envolés ou n’ont pas décollé la rue Beaurepaire n’est plus celle des rendez-vous et seul à gauche Potemkine fait de la résistance.

(Philip Glass, Opening)

Tagué , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :