Archives de Tag: rue René Boulanger

En suivant le fil (de fer)

Longeant la rue René Boulanger (rien à voir avec le général du même nom), je constatai que la petite percée descendante appelée Villa du lavoir possédait bien encore ses deux plaques de fonte fichées entre les pavés comme des ouvertures vers un monde souterrain mystérieux.

J’avais rendez-vous plus loin avec un descendant de Marc Seguin (rien à voir avec Philippe Séguin), dont le buste trônait fièrement devant le Conservatoire national des arts et métiers où il travailla, lui qui lança en France le premier pont suspendu « à fil de fer » et inventa la « chaudière tubulaire » pour locomotives à vapeur.

Son livre, au titre adorablement désuet : De l’influence des chemins de fer et de l’art de les tracer et de les construire (1839), représente un véritable voyage à travers le temps, la géographie et la science.

Hélas, mon contact m’avait posé un lapin. Durant près d’une heure j’avais poireauté pour rien, tout en admirant un arbre dans le square Emile-Chautemps que semblait contempler depuis des temps immémoriaux l’inventeur bouillonnant.

Je repris la rue du Faubourg Saint-Martin en sens inverse et, après être passé à nouveau devant le théâtre qui fait l’angle, je me dirigeai vers la Cité Riverin. Là, je devais pénétrer – selon les directives figurant dans une lettre étrange que j’avais reçue il y a deux jours – par une porte camouflée dans le mur entièrement peint : la poignée de la chope de bière indiquait l’entrée qui me mènerait vers un labyrinthe à la destination inconnue.

c1_dh

c2_dh

c3_dh

c4_dh

c5_dh

(Paris, photos : 25 novembre. Cliquer pour agrandir.)

Tagué , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :