Archives de Tag: Schopenhauer

Anselm Kiefer avec ses locomotives, chars d’assaut, avions, sous-marins et poètes [2/3]

Mettre le monde (« comme volonté et comme représentation », dirait Schopenhauer) sous vitrine : démarche ressemblant à celle du collectionneur de papillons. Ici, Anselm Kiefer épingle des restes, des morceaux, des petits soldats, des briques, une chaussure, un habit sans personne dedans…

Les « vitrines » ne sont pas des « cabinets de curiosité » mais des concentrés, des « précipités » relevés et immobilisés, qui renvoient – malgré leur enfermement – à ce qui s’est passé, malgré ce que peuvent en dire les révisionnistes, à ce qui fut et marque encore, même par connaissance éloignée ou savoir revisité : derrière les vitres, à l’intérieur des sarcophages de verre, une terre en réduction, un champ de bataille comme vu du ciel, rectangulaire, horizontal ou vertical, limité mais qui produit ses effets au travers des parois transparentes où l’entomologiste-artiste a disposé ses reconstructions parcellaires, démolies, ces ruines et ces poussières du temps et ces tissus qui hurlent silencieusement, toujours le jour et la nuit debout.

Si les tableaux monumentaux (parfois de la dimension du mur d’une pièce du musée) demeurent ouverts et comme offerts sans protection au regard, les vitrines sont, à l’inverse, des « tableaux » de la vie quotidienne, des pièces rapportées de l’enfer ou de la damnation, qui, à l’abri d’une fausse barrière minérale, demeurent inapprochables de très près, gardant leur distance avec le mystère historique verrouillé à double tour et pourtant presque visible et décryptable.

Anselm12_DH

Anselm13_DH

Anselm14_DH

Anselm15_DH

Anselm16_DH

Anselm17_DH

Anselm18_DH

Anselm19_DH

Anselm20_DH

Anselm21_DH

Anselm22_DH(photos : cliquer pour agrandir.)

 [ ☛ à suivre ]

Tagué ,