Archives de Tag: Tarik Saleh

De la nécessité politique de tourner le film « La Conspiration du Caire » à Istanbul

Conspi1_DH

(Paris, quai de Seine, 19e, 19 novembre.)

Le cinéaste Tarik Saleh a réussi à tourner son film La Conspiration du Caire en utilisant une mosquée d’Istanbul et les rues de la capitale turque (avec des affiches représentant Al-Sissi, le président égyptien) pour montrer l’imbrication de l’islam et de la politique dans le pays qu’il a dû quitter et où il ne peut censément revenir pour filmer en toute liberté.

Son deuxième film (après l’excellent Le Caire confidentiel, 2017), qui a obtenu lors du dernier festival de Cannes le Prix du scénario, se déroule donc principalement dans la (fausse) mosquée Al-Azhar, grand lieu d’enseignement de l’islam sunnite, et montre et démontre les liens plus ou moins dissimulés entre ce pouvoir dictatorial et la religion.

Un étudiant (très bon Tawfeek Barhom) est « choisi » par la Sûreté de l’État (formidable Fares Fares) pour infiltrer ce milieu au niveau des plus hautes autorités et imposer, parmi les différentes tendances religieuses (Frères musulmans, contestataires divers…), le prochain imam qui sera dévoué à la ligne politique en place.

Tarik Saleh installe avec précision et habileté cette machination, cette conspiration machiavélique, il la déroule sans coup (si l’on peut dire) férir, il l’accomplit avec une grande finesse, un suspense permanent et une mise en scène impeccable (les bonnets rouges et blancs des étudiants les rassemblent comme une armée religieuse). Et la musique du film (Krister Linder) est à la hauteur de l’ambition affichée.

Ce film, d’une réflexion politique profonde et d’une esthétique éblouissante, n’est hélas déjà plus en salle à Paris depuis hier, 23 novembre (il est apparu sur les écrans le 26 octobre). On ne peut que regretter ce tournicoti-tournicota et compter sur les cinémas indépendants qui existent encore (voir la situation périlleuse du Luminor dans le Marais) pour le reprogrammer rapidement en attendant sa sortie en DVD pour ceux qui l’auraient manqué, ce qui serait évidemment impardonnable.

Du haut de la salle du MK2 quai de Seine, j’ai pris une photo de rameurs qui m’ont fait penser aux deux personnages du film : le pêcheur et son fils (l’étudiant) dans leur barque secouée durement par les vagues.

Conspi2_DH

Conspi3_DH

Conspi3bis

(capture d’écran sur Internet.)

Conspi4_DH

(Photos agrandissables d’un simple clic.)

D.H.

Tagué , , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :