Pol(c)ar nordique — 5 —

Après une douche rapide – parfois j’aime me regarder dans le miroir, mes yeux : on les dit verts ou bleus selon ce que je mets sur moi, mes cheveux : blonds mais ils ne changent pas de couleur – j’ai été prendre mon petit-déjeuner dans la salle de l’hôtel. Il n’y avait personne (8 heures du matin, c’était sans doute trop tôt). J’ai couru jusqu’à la plage, je n’avais pas de maillot de bain, je me suis baignée en culotte et soutien-gorge noirs.

L’eau m’a paru froide au début, puis je m’y suis habituée. J’ai fait quelques brasses et ensuite demi-tour. Je me suis essuyée avec ma jupe, déposée sur le sable, et je suis rentrée à l’Hôtel des vagues, j’ai demandé la note de la chambre 23, et j’ai été récupérer ma voiture un peu plus loin.

J’ai roulé vers Malo-les-Bains, Jean-Marc n’avait pas donné de ses nouvelles. Je me suis arrêtée quelques instants devant cette plaque de rue qui s’autorisait une esthétique originale : sans doute un écrivain qui en avait marre, lui aussi.

avenue About, 16.5.15_DH(Malo-les-Bains. Cliquer pour agrandir.)

Tout me semblait dérisoire et je me moquais bien de savoir le fin du fin de l’histoire du toit enfoncé. J’allais lui ramener sa bagnole telle quelle, sans dire un mot, et puis je le quitterais sur la pointe des pieds.

Il avait dû s’enferrer dans une de ces combines qui n’apportent que des ennuis. Les gens qu’il fréquentait ne me plaisaient pas : des mecs avec des mines patibulaires, des accents chtimis, des bières avalées toutes les minutes, et surtout de l’argent liquide, de provenance inconnue, qui semblait couler à flots.

Finalement, le Nord et ce type (ou l’inverse) n’étaient pas ma tasse de thé. L’étranger m’attirait, je prendrais un billet pour Paris, le temps de faire un peu de tourisme culturel, et ensuite départ d’Orly ou de Roissy : je jouerais la fille de l’air, il ne me retrouverait jamais, surtout si l’avion se crashait quelque part, ça arrive des fois.

L’autoroute de Dunkerque à Lille (sortie 12 vers Bailleul) se confondait maintenant avec l’obscurité du soir. J’ai mis le contact, les phares se sont allumés automatiquement, j’ai branché la radio sur une station de jazz et j’ai démarré, je suis partie sur les chapeaux de roues.

Je me conduisais désormais seule, le sourire aux lèvres.

Malo 16.5.10_DH(Malo-les-Bains. Cliquer pour agrandir.)

(Glenn Miller, Moonlight Serenade)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , , , , ,

20 réflexions sur “Pol(c)ar nordique — 5 —

  1. brigetoun dit :

    belle utilisation d’Edmond About, de Glenn Miller comme pour tout bon polar, et pas de sang… un bon pol©ar
    fascinante la rangée de cabines

  2. Arlette dit :

    Bien joué quand même!! et la musique un brin nostalgique en dit plus encore c’est à chacun de finir l’histoire …. sur la bonne route ou le fossé!!!

  3. Anna2B dit :

    Libération… soit.. Mais ils sont charmants ces gens du nord et leur café. C’est vrai qu’il n’était pas net son chéri. Libération… et elle nous quitte aussi..Glenn Miller est bienvenu alors.

  4. Sorcière dit :

    « Je me conduisais désormais seule, le sourire aux lèvres. »
    Ah ben ! quand une femme devient enfin adulte, ça décoiffe ! (rire)
    J’ai beaucoup aimé la justesse des ressentis « au féminin » exprimés et adoré la fin 😉

  5. Alex dit :

    J’aurais emporter les serviettes de l’hôtel pour m’essuyer après le bain, parce qu’avec la mini-jupe, ce n’est pas très agréable.
    Surprise, je la croyais aussi de Bailleul. Ça change tout, alors.

  6. Francesca dit :

    Bien aimé le jeu de mots de cette nana… à bout, qui se libère toute seule comme une grande. On lui souhaite maintenant de belles rencontres car « il faut que le corps exulte » comme chantait Brel.

  7. anna dit :

    à dire vrai une femme comme celle-ci, si elle pense pouvoir s’essuyer à sa mini jupe après la mer, se baignera sans aucun doute voluptueusement nue… 😉 parole de fille

  8. Désormière dit :

    Bravo. J’adore cette fin. Parce que c’en est une. Une fin littéraire !

  9. Zoë Lucider dit :

    J’adore l’expression « jouer la fille de l’air », sentiment de déployer ses ailes dès qu’on le souhaite.

  10. Gilbert Pinna dit :

    … cet alignement de guérites qui fait comme une frise… merci, Dominique, pour vos visites.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :