dura lex sed Solex

ombre portée

à l’ombre dénombrée

je marche insouciant

je rayonne en diaphragme

j’étudie les bruits ambiants

la ronde des moteurs

le soleil s’amuse avec le noir

c’est un sérieux concurrent de Soulages

le bitume étale sa toile offerte

l’imprévu sature l’objectif

et donne rendez-vous sans agenda

tout advient ou rien n’arrive

le temps se diffracte

sur le boulevard enfumé

IMAGEnta

dura lex sed Solex

les chiens eux aussi ont droit à un cimetière

Magenta1  31.5.14_DH

Magenta2  31.5.14_DH(Photos prises à Paris le 31 mai. Cliquer pour agrandir)

(lecture par D.H.)

Tagué , ,

22 réflexions sur “dura lex sed Solex

  1. brigetoun dit :

    mais longue vie à lui (le petit chien) en attendant
    jouissance des mots et plaisir de la voix

  2. @ brigetoun : laisse it be !

  3. Du temps de l’université, un professeur d’histoire de l’architecture très présent dans les discussions quotidiennes, Paolo Portoghesi, avait un jour acheté un Hasselblad, avec des objectifs extraordinaires ou plutôt mythiques. On disait alors que rien ne pouvait échapper à ce regard perçant et analytique qui se redoublait. Un jour Portoghesi, essayant de faire une prouesse photographique, monta sur le tambour de la coupole d’une église baroque et… fit tomber son appareil photo. Cela fut un deuil pour l’entière faculté. En même temps, on disait que cet appareil photo avait eu un sursaut d’Indépendance, se rebellant comme un chien à son patron et maître.
    On disait aussi que si un dessin vaut mille ou dix-mille mots (ou plus) une photo prise avec un Hasselblad valait alors au moins un million de mots… D’ailleurs on dit de certains chiens particulièrement intelligents qu’il leur manque juste la parole…
    Tout cela établit, je crois, une stricte parenté entre le chien (surtout parisien) et l’appareil photo haut de gamme.
    J’imagine maintenant un appareil Hasselblad, avec son regard aussi infaillible que légendaire, en train de flâner dans Paris avec son chien parlant… et qu’il rencontre notre Hasselmann, celui qui a réinventé l’IMAGE en chair et os, une image qui parle à l’esprit ainsi qu’au cœur… Comment pourrait se dérouler cette rencontre « au sommet » au long du canal Saint-Martin ou du boulevard Magenta ? Je ne crois pas qu’il y aurait une compétition à force de déclics. Ils profiteraient d’un bistrot au bord du canal pour fêter leur entente cordiale avec une blonde belge !

  4. PdB dit :

    c’est aussi que, du soleil, vient l’ombre, et que la beauté peut engendrer parfois la plus obscure imbécillité (j’aime beaucoup ton IMAGEnta)

  5. @ PdB : l’imbécillité fait certes de l’ombre mais aussi des vagues…

  6. Dom A. dit :

    L’entraînement par galet : pour aller vers la mer.

  7. Francesca dit :

    J’envie ce « cycliste » au pied dans le plâtre avec son Solex : voilà qui conviendrait à mon genou douloureux…

  8. Vos mots qui dansent entre ombres et lumière. J’aime beaucoup…
    Merci.

    • @ mchristinegrimard : un petit « habillage » pour ces deux photos prises en vitesse et au jugé (ça se voit dans le cadrage), ce qui est plus facile qu’avec mon téléphone : je n’ai découvert le pied plâtré de la première que sur mon micro !

  9. […] Je voudrais citer le SILO de Lucien Suel, ainsi que les textes de Claude Meunier et les articles métronomiques de Dominique Hasselmann. Mais le travail des blogueurs — quotidien, arythmique ou carrément […]

  10. ah le solex, de grand souvenir. Avez vous lu Jacques Sternberg, c’était le chantre de ce moyen de locomotion à galet.

  11. Plusieurs grands souvenirs… donc avec un S comme solex.

  12. Oui, j’ai toujours aimé Jacques Sternberg, dont j’aperçois à l’instant sur une de mes étagères la « Succursale du Fantastique nommée Science-Fiction » (Le Terrain vague, 1958)…
    Votre flash-back de deux ans pile est bien adapté ! 🙂

  13. L’un de ceux qui m’ont incité à franchir le pas de l’écriture. Je ne manquais jamais ces chroniques dans le Magasine Littéraire. Nous avons même monté une de ses pièces au sein de notre compagnie théâtrale (dans un autre siècle…). Quant aux deux ans, je n’avais pas lu la date de publication, venant du blog de Aunryz. Cela prouve du moins que ce post n’est pas périmé…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :