Maux d’esprits (1/2)

Le tiers livre et Scriptopolis sont à l’initiative d’un projet de « vases communicants » : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement…  Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.

La liste complète des participants est établie grâce à Brigitte Célérier.

Aujourd’hui, j’ai le grand plaisir d’accueillir ici helenablue tandis qu’elle me reçoit sur son blog.

__________________

Il était un esprit qui errait l’âme en peine. Il ne savait plus à quels saints se vouer, pour progresser, exercer au mieux ses talents et surtout trouver du plaisir à être, sans embêtements. Il avait déjà pas mal bourlingué dans sa vie d’esprit : ses années entre les mains d’un artiste peintre plus ou moins écrivain avaient été une torture pour lui, tant l’homme était en permanence déchiré pour créer, avant elles, celles dans la tête d’une top-model n’avaient pas non plus été de tout repos, ce fut difficile d’être intelligente et belle, disons que c’était trop ! Il souriait souvent quand lui revenait en mémoire le temps où footballeur il n’avait qu’à penser à marquer des buts et que dans celui de trader il n’avait pas de cas de conscience pour escroquer et gagner toujours plus. Il s’était bigrement senti à l’étroit dans sa vie de cadre supérieur chez Renault et pas du tout à sa place dans les méandres cérébraux de Madame de Magrandage. Partout il avait appris, s’était enrichi de belles lettres, de belles pensées, de belles balades, de moins drôles aussi quand il passait chaque jour des heures et des heures dans le RER n’ayant pas pu trouver d’autres hébergements qu’à Palaiseau alors qu’il débutait comme marionnettiste dans un petit théâtre en haut de la butte Montmartre, mais il restait toujours un peu sur sa faim, il aspirait à une libre légèreté. Quel pouvait être l’endroit, grands dieux, pour être à son aise, heureux ? Philosophe, médecin, poète, femme de ménage, infirmière, actrice, oisif, photographe, grand, gros, gras, petit, longue liane, rousse, blond vénitien, marin, aventurier, coureur cycliste, femme fatale, unijambiste… Chanteuse d’opéra avait été un véritable tsunami pour lui, il avait bien failli y laisser sa santé. Et que dire de son passage chez les curés ! Il pensait, cherchait jour et nuit pour enfin trouver. Et puis un jour, sous un pommier, eurêka, lui vint une idée : il investirait dorénavant la tête d’un nouveau-né !

RER2_DH(l’image peut être agrandie)

texte : helenablue
photo : Dominique Hasselmann

 

Tagué , ,

11 réflexions sur “Maux d’esprits (1/2)

  1. brigetoun dit :

    sourire sagement – (j’aime)

  2. Désormière dit :

    Cet Orlando contemporain, choisit finalement la voie la plus naturelle pour s’en remettre au destin.

  3. godart dit :

    A force de réincarnation, cette histoire de nouveau-né lui pendait au nez.

  4. gballand dit :

    Une sage mesure que cette dernière décision 😉

  5. laure K dit :

    Un Nouveau-né à Pas-les-eaux, ça va être coton… on a dû se croiser dans un ReR alors, entre les eaux et les halles, les uns et les autres, et toujours assez seul au monde.
    Portrait de tisserand sous couvert d’intime. Bel exercice de partage et d’essais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :